Liens r&d praxéologies

From INTLNET
Jump to: navigation, search


Il est indéniable que l'internet est un moyen nouveau et exceptionnel par son impact (particulièrement grâce à son application web) de facilitation pratique.



Exploration d'une théorie de résonance intellitionnelle


La raison de son efficacité est à trouver, selon JFC Morfin, fondateur d'INTLNET, au-delà des théories entropiques de l'information de Shannon et de Kolmogorov, Solomonov et Chaitin, dans une théorie néguentropie de la résonance intellitionnelle. La raison en est simple : la théorie de l'information à elle-seule ne peut pas expliquer architectoniquement l’expansion durable du big-bang que nous observons.

Si nous considérons le développement de la cybernité comme une métaphore du big-bang ou un sous-big-bang, il ne peut y avoir qu'une explication : que la datamasse globale conserve un accroissement néguentropique plutôt qu'il ne subisse une régression entropique.


Explication explorée


Il est explora la possibilité suivante : que les objets du cyberespace réverbèrent plus d'information qu'ils n'en reçoivent, d'autant qu'elle est sujette à entropie et se dégrade entre émission et captation. Ceci réclame qu'un mécanisme de production participe au mécanisme de réverbération.

Modalité supposée

Il semble qu'il n'y ait qu'une seule manière que cela se produise : une mise en résonance de syllogismes [1], ce qui implique :

  • que plusieurs flux d'information réclame l’existence (la vérité) d'une autre information : nous l'appellerons "intellition" ;
  • et que ces flux d'information et d'intellition nécessaire se réverbèrent à travers le réseau du cyberespace pour provoquer un nombre croissant de syllogismes.

L'ambition d'INTLNET est d'approfondir cette hypothèse, à travers une "simulation diktyologique dynamique du plegme de la cyberinterligence".

Signification des termes utilisés

Ceci réclame une explication du sens des quatre notions ainsi évoquées :

  • "diktyos" signifie réseau en greek : la diktyologie est la science des réseaux.
  • "simulation dynamique" : ce qui est visé est l'accroissement de l'amplitude de réponse d'un modèle/simulateur dans le temps, en fonction d'un jeu de paramètres.
  • "plegma" signifie grille, treillis, web en greek. "plegme" est utilisé pour dénommer la forme de tenségrité d'une nébularité digitale, c'est à dire l'espace dont les caractéristiques sont à étudier.
  • en latin "inter legere" (1 B.C.) a donné cinq notions :
  • Virgile -> l'"interligence", le lacis des liens, des rivières et des chemins, et aujourd'hui des hyperliens.
  • Tite-Live -> l'enchaînement de renseignements, "intelligence" de la CIA et de l'Intelligence Service
  • Cicéron -> l'"intelligence" dans son acception commune
  • César -> ce qui est ici nommé "intellition", résultant d'une lecture "entre les lignes", ce qui sémantiquement fait sens.
  • en conséquence (de perligo) -> la "perlition" ce qui en est indirectement lié, le calcul perligentiel [2] en agorique (mode de raisonnement plurilectique, comme par les gens d'une agora : à multiples tiers considérés).

---

  1. « Le syllogisme est un discours dans lequel, certaines choses étant posées, quelque chose d'autre que ces données en découle nécessairement par le seul fait de ces données »(Topiques, I, 1, 100 a 25 et Premiers Analytiques, I, 1, 24 b 18-20).
  2. notion en exploration (http://perligence.com) qui ne va pas se fonder sur le différentiel d'une fonction connue, mais sur l'émergentiel observé d'un comportement complexe.


Plegme informationnel

(à suivre ...)